Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2013-04-30T08:43:00+02:00

santé - pilule : un avis interessant et documenté...

Publié par lola
Alternative Santé, la newsletter du jeudi
 
 

Bonjour,

Si vous êtes une jeune femme, une maman et même une grand-mère, vous devez lire cet article du Pr Joyeux et de Dominique Vialard sur les pilules contraceptives... toutes les pilules.

Vous comprendrez sans doute, alors, qu'on n'a pas osé vous dire la vérité, depuis leur création, il y a 50 ans !

Lorsque l'on a commencé à dénoncer les effets nocifs de la pilule de 3ème génération, j'ai demandé à Dominique Vialard d'interviewer Henri Joyeux, Professeur de Cancérologie à la Faculté de Médecine de M

ontpellier, sur les dangers de cette pilule.

Je savais qu'Henri Joyeux était très critique sur les méthodes de contraception féminine et je m'attendais de sa part à une réaction sans concessions à l'actualité. Je n'imaginais pourtant pas à quel point ce sujet lui tenait à coeur. Ce qui ne devait être au départ qu'un simple article dans notre newsletter s'est progressivement transformé en un livre qui sortira le mois prochain aux Editions du Rocher et dans lequel Henri Joyeux n'hésite pas à attaquer de front toutes les pilules contraceptives, quelle que soit leur génération, et toute la contraception hormonale.

Ce livre, dont j'ai le manuscrit sous les yeux, est une véritable bombe atomique !

Et le Professeur Joyeux a accepté d'en livrer les "bonnes feuilles" à Alternative Santé. ... Franchement, je suis fier de ce "coup là". Car il y a là un scandale sanitaire colossal. 

Pour certaines d'entre vous, je sais, le mal est déjà fait, mais pour la jeune génération, il est possible d'éviter le pire. Je compte donc sur vous, lectrices et lecteurs, pour faire circuler cet article de Dominique Vialard et Henri Joyeux afin que les femmes et les couples puissent faire un choix de contraception "éclairé". Il y a maintenant des méthodes naturelles basées sur les Bio-technologies, qui atteignent des taux de "réussite" supérieurs à ceux de la pilule.

J'ai réservé pour les lectrices et lecteurs d'Alternative Santé, 200 exemplaires auprès des éditions du Rocher. Les exemplaires seront livrés "sortis d'usine", fin mai, vous serez donc les premiers à lire ce brûlot en cliquant sur ce lien (prévente).

Il n'y a pas d'autre article dans cette newsletter, parce qu'il n'y avait plus de place...L'envoi légal et massif d'emails doit respecter des règles très strictes en termes de poids de message et nous sommes limités à 60Ko ! 

Bonne lecture et à jeudi prochain. 
 
  Alexandre Imbert
 
Alexandre Imbert
"exaneldra" sur Twitter
 
AU SOMMAIRE DE CETTE NEWSLETTER :
 
 - Pilule : une bombe atomique   par le Pr Henri Joyeux et Dominique Vialard
 
 
 

Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" suivez ce lien
 


PILULE : LA VÉRITÉ, C’EST QU’ON VOUS CACHE LA VÉRITÉ DEPUIS 50 ANS !                 
par Henri Joyeux et Dominique Vialard

 

Il y a tout juste 50 ans, en 1963, la pilule Enovid - venue des Etats-Unis - entrait discrètement dans les pharmacies françaises. Une révolution !

La même année pourtant, la revue Science et Vie s’interrogeait sur les dangers potentiels de la pilule et s’étonnait que l’on n’ait pas expliqué au préalable aux femmes comment elle fonctionnait. Aussi fou et monstrueux que cela paraisse, cette question est toujours sans réponse. Alors puisque l’heure est à la « transparence » pour tous, voici la vérité.  Cette vérité, c’est qu’on vous cache la vérité sur la pilule, le THS et les hormones de synthèse depuis 50 ans !

1 - La pilule estro-progestative imite le cycle naturel et donc maintient les menstruations en les régulant mieux que les hormones naturelles. Le cycle est donc régulier, mais il est totalement artificiel.

2 - Les estro-progestatifs bloquent l'ovulation, mais comme ils bloquent également les secrétions hormonales des ovaires, ils empêchent la formation de glaire au niveau du col et s'opposent aux modifications de l’intérieur de l’utérus : la grossesse devient alors impossible.

Des doses d’hormones copiant les hormones naturelles mais à quels taux ? Pour empêcher l’ovulation, les doses d’hormones ingérées sont 20 à 50 fois plus élevées que celles fabriquées par les ovaires : dans un comprimé de pilule pris chaque jour, il y a au minimum 10 microgrammes d’estradiol, quantité qui serait présente dans 100 kilos de viande… et comme l’ethynil-estradiol donné par la bouche a une activité estrogénique 100 fois supérieure à celle de l’estradiol, cela correspondrait à 10 000 kilos de viande ! N’en déplaise aux plus ardents défenseurs de la pilule, ceux qui affirment que prendre la pilule revient à ingérer l’équivalent de 1 000 poulets aux hormones par jour ne sont donc pas loin de la vérité !

La belle idée d’un auteur de science-fiction

En 1951, le chimiste et auteur de science fiction Carl Djerassi (d’origine autrichienne) unit ses talents de visionnaire à ceux de Luis Ernesto Miramontes, chimiste mexicain, pour synthétiser une forme active par voie orale de la progestérone. Son rêve : mettre au point une pilule contraceptive.

En 1956, grâce à cette avancée décisive, la science-fiction devient réalité : l'Américain Gregory Pincus et ses collègues mettent au point la pilule estro-progestative. 

Libération... sur ordonnance !

1968 : la pilule débarque massivement en Europe. Dans le sillage de mai 68 et de ses slogans "Libération sexuelleNous aurons les enfants que nous voulons" et "Il est interdit d’interdire", les laboratoires pharmaceutiques envoient astucieusement des échantillons dans les centres de Planning familial pour que les jeunes filles deviennent au plus tôt consommatrices, pratiquantes définitives. Ils y parviendront avec le support de l’Etat manipulé par des experts souvent considérés et sacrés, plus par les médias que par leurs pairs. 

La pilule a permis sans aucun doute une émancipation sexuelle en offrant aux femmes de meilleures conditions de vie pour assumer librement leur capacité à transmettre la vie. Mais peut-on pour autant parler de « libération » devant cet asservissement ? Devant cette dépendance chimique porteuse de risques pour la santé, d’effets secondaires en tous genres ? 

Plus de 50 ans d’alertes 

Depuis 1963, les lancements d’alerte se sont multipliés. En vain...

Quelques exemples :

En 1968, la revue Science et Vie publie un article intitulé « La pilule : les généticiens s’inquiètent... ». L’auteur de l’article conclut son enquête ainsi : « Répétons-le, ces expériences doivent être vérifiées, reproduites, interprétées. Il serait ridicule d’en faire prématurément une occasion d’inquiétude. Mais il serait criminel de les ignorer. »

En 1977, Barbara Seaman, une célèbre journaliste américaine, activiste féministe de surcroît, lance un pavé dans la mare avec Women and the crisis in sex hormones dans lequel elle emploie le terme « pilule du cancer ». Sa conclusion: « Toute femme qui prend ces traitements vit dans un état biochimique altéré ». Cet ouvrage, publié en France en 1984 par les Editions de L’Impatient sous le titreDossier Hormones sera diffusé sous le manteau...

En 1980, le Dr Dominique Chatain, gynécologue, dresse un bilan alarmant. Son livre, Danger Pilule est le premier en France à souligner les inconvénients et les risques de ce contraceptif. Au terme d’une enquête fort documentée, le Dr Chatain, évoquant ce qu’il qualifie de « préhistoire de la contraception », prédit la fin de l’ère de la contraception hormonale et l’avènement de moyens plus sûrs pour la santé.

En 1988, un éditeur courageux, François Xavier de Guibert, traduit et publie en France le livre du Dr Ellen Grant, Amère pilule. Ce document ne rencontre malheureusement aucun écho. Ellen Grant, gynécologue, a pourtant travaillé à la conception de la pilule outre-Manche. Véritable apôtre de la contraception hormonale dès ses débuts en 1961, - elle avait 26 ans – elle sonne le tocsin avec The Bitter Pill publié en Angleterre dès 1985... 

Dans son livre, elle signale, preuves scientifiques et références à l’appui - plus d’une centaine d’études au total - les dangers vasculaires, de phlébite, d’accidents vasculaires cérébraux, d’infarctus du coeur chez des femmes jeunes, mais aussi de nombreux cas de cancers du sein, de l’utérus, du col et du corps utérin :prenez la pilule le moins longtemps possible ! Telle est sa conclusion.

En France Amère Pilule est préfacé par le Professeur Lucien Israël, grand cancérologue, qui confirme la mise en garde. Extrait : "En fait, s'agissant d'autres domaines de la médecine, il est vraisemblable que les produits entraînant de telles conséquences n'auraient jamais reçu l'autorisation de mise sur le marché…". 

En 1994, Ellen Grant récidive avec son excellent livre Sexual Chemistry : Understanding Our Hormones, The Pill and HRT comprenant 329 références scientifiques provenant des meilleures revues internationales, mais aucun éditeur n’ose prendre le risque de le faire paraître en France. 

En 2001, je publie une alerte importante Femmes si vous saviez – les hormones de la puberté à la ménopause qui ne trouve aucun écho dans les médias. Un journaliste médical très médiatisé me fait savoir par personne interposée que jamais il ne parlera de ce livre. Black-out !

En 2004 sort une nouvelle édition de Femmes si vous saviez... Les femmes commencent à en parler entre elles. Elles s’inquiètent de l’augmentation du nombre de cas de cancer du sein chez leurs amies, leurs copines, elles mêmes. On leur explique que ce cancer est surtout lié au stress du monde moderne, à des chocs psychologiques récents ce qui est en partie vrai, mais en partie seulement. Quant aux cas de femmes jeunes développant des accidents vasculaires (infarctus cardiaques ou accidents vasculaires cérébraux) ou des cancers du col utérin, ils sont surtout dus au tabac... Evidemment. La pilule ne peut pas être en cause !

50 ans de censure des médecins, des autorités de santé, des médias...

Devant ces signaux d’alerte, les magazines féminins publient de temps en temps, dans quelques coins de page, de petites mises en garde, tandis que leurs pages centrales vantent les qualités des pilules de nouvelles générations.

Les labos arrosent bien le monde médical, les femmes sont rassurées, voilà l’essentiel. 

Les censeurs de tous bords, les esprits bien pensants, les pompiers des laboratoires ont réussi pendant 50 ans à étouffer ces départs de feu, aidés en cela par le caractère tabou et immarcescible de la pilule. Les réactions ont été violentes, les condamnations, sans appel : Barbara Seaman a été démissionnée de toutes ses fonctions de journaliste ; le Dr Chatain, précipité dans les oubliettes de l’histoire médicale ; la chercheuse et gynécologue Ellen Grant, remerciée par le centre de planification familiale où elle consultait et boycottée, ce qui ne l’a pas empêchée de poursuivre, courageusement, ses recherches. 

Quant à moi, cancérologue sans œillères, j’ai dû essuyer quelques critiques et me suis heurté, aussi, à une subtile censure. Mais des milliers de femmes ont entendu mon message, signe que les temps changent. 

L’ingénieuse propagande de l’industrie pharmaceutique

Partant du principe que la pilule était non seulement sans danger, mais plus encore un élément de la santé, il était logique que les laboratoires, avec le feu vert des « grands patrons » de la médecine et de la pharmacie, parviennent à convaincre les différents responsables de la Santé et de l’Education nationale degénéraliser l’information dès le plus jeune âge.

Alors on comprend que des labos n’aient pas hésité à investir des millions non seulement dans la formation des médecins, dans la publicité destinée à chouchouter les femmes mais aussi dans « l’éducation » des jeunes esprits. La plupart des acteurs du marché ont ainsi réalisé des bandes dessinées ou des films sur le sujet de la contraception pour les jeunes, en faisant tout ce qui est nécessaire pour les distribuer dans les collèges et lycées. Aujourd'hui, voici venu le temps du "pass contraception" dans les établissements scolaires !

La France : championne du monde pour la pilule

Cette propagande sanitaire fonctionne particulièrement bien en France comparé au reste de la planète où à peine 10% des femmes prennent la pilule. Si on considère l'utilisation globale des moyens contraceptifs dits modernes et réversibles que sont la pilule et le stérilet (cuivre et hormonal), celle-ci s’élève à un peu plus de 38% en Allemagne et environ 60% en France. 

De fait, il existe 101 références de pilules dans les pharmacies françaises (à fin mars 2013) si l’on tient compte des 14 anti-acnéiques (dont Diane 35) prescrits comme des contraceptifs ! De quoi satisfaire les 5 millions de consommatrices du pays. 

L’Hexagone détient ainsi le record mondial de l'utilisation du contraceptif oral ! Et paradoxalement le record européen aussi du nombre d'IVG...

Les effets secondaires des pilules passés sous silence

Pendant toutes ces années, une intense propagande a ainsi permis d'occulter la longue liste des effets secondaires de la pilule. Une liste que toute femme devrait avoir lue avant de choisir ce mode de contraception.

  • Perturbation de la libido naturelle par disparition des jours féconds autour de l’ovulation...
  • Une dépression immunitaire chronique avec les estrogènes pour les longues consommations...
  • Des phénomènes allergiques de toute nature.... des plaques rouges et gonflées qui démangent sur le visage ou tout autre partie du corps. 
  • La candidose, due à la prolifération du Candida albicans : cette "maladie" est d’autant plus souvent observée suite à l'utilisation trop fréquente d'antibiotiques, de cortisone, de pilule contraceptive, d'une alimentation riche contenant trop de sucres simples… 
  • Accidents vasculaires cérébraux
  • Les excès d’estrogènes sont responsables d’anxiété, d’insomnies et même de réactions de panique, de difficultés de concentration.
  • Troubles cutanés (peau grasse, retour de l’acné).
  • Les risques de virilisation : acné, hirsutisme, et perte de cheveux(alopécie par plaques)...
  • Les tensions mammaires et les maux de tête ou céphalées...
  • Une hypercholestérolémie fréquente et une hypertension artérielle... Ces effets indésirables sont dus à la consommation d’hormones stéroïdes en excès qui contiennent, rappelons-le, le noyau cholestérol. 
  • La rétention d’eau responsable de prise de poids due aux estrogènes... C’est la même que celle que l’on observe avec les anabolisants chez les animaux : poulet, veau aux hormones. Elle est responsable de la prise de poids.
  • Des tumeurs bénignes du sein, du foie, 
  • Du kyste des ovaires jusqu’au cancer des ovaires
  • La facilitation des Maladies ou Infections Sexuellement Transmissibles  (MST ou IST)... 

Les ”pilules” par d’autres voies d’administration, toutes aussi dangereuses

Les laboratoires pharmaceutiques se sont vite rendus compte que les femmes n’étaient pas toutes prêtes à prendre la pilule par voie orale et qu’un marché risquait ainsi de leur échapper. Il fallut donc trouver d’autres moyens contraceptifs, d’autres trucs, d’autres voies d’administration, toujours en utilisant les hormones synthétiques.

  • La voie cutanée : le patch estro-progestatif, Evra
  • Le bracelet contraceptif : bientôt commercialisé...
  • Les implants sous cutanés : Implanon et Norplan
  • La voie intramusculaire
  • La voie vaginale : l’anneau estro-progestatif  ”Nuvaring” et bien sûr le stérilet hormonal ”Miréna”
  • La voie nasale : Aérodiol

Les pilules ”saisonnières” : pour préparer les femmes à la suppression des règles...

La pilule saisonnière (Seasonale et Lybrel) – premier pas vers la suppression des règles - a été autorisée par la FDA en septembre 2003. Il s’agit d’une pilule prise sans discontinuer 84 jours non-stop, destinée à réduire les menstruations à quatre dans une année, soit une par saison. L’objectif sous jacent, peu dit et surtout pas annoncé aux mères de famille, mais qui peut mordre sur les jeunes filles, est de préparer les femmes à ne plus avoir de menstruations, donc plus de règles. 

Encore des femmes cobayes : « C'est une véritable hérésie ! », clame l'homéopathe, naturopathe et herboriste Mona Hébert, qui se spécialise dans le soin des femmes. « Ne pas être menstruée, ce n'est pas normal ! (...) Dans toute cette approche, on cherche à régulariser le « féminin », à mettre le corps des femmes dans une boîte standard pour qu'il fonctionne rondement. Je crois que se priver de menstruations entraîne des répercussions négatives dans plusieurs aspects de notre vie, car le cycle menstruel a un sens et il est utile aux femmes, tant psychiquement que physiquement. » 

Les pilules ”semi-naturelles” : fausses alternatives, vraies arnaques !

Evidemment le qualificatif « semi-naturelles » est destiné à attirer la cliente consommatrice, à dissoudre ses peurs. 

Les labos fabricants parlent astucieusement d’estrogènes ”bio-identiques”. La résonnance ”Bio” est bien présente. Le marketing a fait son tour de passe-passe. 

En réalité, ces hormones, même si elles sont les copies des hormones naturelles, ne sont pas naturelles, elles n’ont rien, absolument rien de BIO !Et pourtant, même le ministère de la Santé y croit puisque sur le tableau qu’il met à la disposition des femmes sur Internet, ces pilules apparaissent dans la catégorie Estrogène « naturel »...

Un perturbateur endocrinien, une bombe à retardement

Le 18 janvier 2013, l’Anses a publié un rapport complet sur les perturbateurs endocriniens et leurs risques chimiques. Ces perturbateurs endocriniens sont aujourd'hui pointés du doigt car ils peuvent agir sur le système hormonal en se liant à des récepteurs hormonaux ou en modifiant l’action de certaines hormones.

Mais on oublie parfois que la pilule est le plus puissant des perturbateurs endocriniens et d'ailleurs, dans le classement de l’Anses, on trouve ainsi aux côtés des phtalates, du bisphénol A ou du DDT : « Les substances chimiques produites pour leur effet hormonal : estro-progestatifs des pilules contraceptives, de structure proche des hormones naturelles. »

Traversant les stations d'épuration des eaux usées sans être dégradés - ou parvenant directement dans la nature par déposition, ruissellement ou infiltration - les résidus de pilule se retrouvent dans les nappes d'eau souterraines, les lacs et les rivières - d'où provient notre eau potable. 

Des études ont été menées sur l'impact de la pilule sur la féminisation des poissons.  Le rapport dans les bulletins électroniques Canada 191 du 15 janvier 2002 est significatif : « Les femmes sous contraceptif oral rejettent suffisamment d'hormones dans leur urine pour modifier le sexe de certains poissons ».

On trouve essentiellement deux molécules dans les pilules constituant des perturbateurs endocriniens : le 17 alpha-éthinyl-estradiol  et l’éthinyl-estradiol, ce dernier ingrédient venant vient d’être placé sur une liste de substances à contrôler dans les eaux de l’Union européenne.

L'une des études menée dans le cadre du projet ”Seine-Aval” a ainsi montré que 350 g de moules accumulaient en 13 jours l'équivalent d'une pilule contraceptive. Heureusement, ces moules ne sont pas proposées à la consommation. 

Les hormones synthétiques sont au cancer du sein ce que l’amiante est au cancer de la plèvre !

Beaucoup de médecins ignorent l’histoire des liens entre hormones synthétiques et cancers. Et pour cause : elle n’est jamais enseignée à la Faculté où la contraception ne fait l’objet que de quelques heures de cours dont les sources proviennent directement des laboratoires. Cette longue histoire des relations entre hormones exogènes et cancers démontre clairement l’hormono-dépendance de certains cancers. En voici quelques exemples : 

1932 : le Pr Antoine Lacassagne à l’Institut Curie de Paris induit avec des estrogènes le cancer de la mamelle chez les rats.

1971 : le distilbène (DES) qui joue le rôle d’une anti-progestérone de par ses effets estrogéniques est responsable de cancer de voies génitales chez les filles des mamans l’ayant reçu pendant le début de leur grossesse. Aux USA, il est supprimé des traitements pour éviter une fausse couche. La France attend des preuves jusqu’en 1977 ! Les médias n’en diront rien, sauf quand les femmes malades intenteront des procès au laboratoire en cause, qu’elles gagneront. 

1987 : la revue Cancer démontre que les contraceptifs oraux augmentent la multiplication cellulaire des cellules normales ou cancéreuses du sein in vitro.

1998 : le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), dépendant de l'OMS, classe les contraceptifs oraux et les hormones du THS comme « cancérigènes de classe I, ceux dont l'action est certaine ». Le CIRC l'avait dit dès 1976 mais cette décision n'a pas été rendue publique.

Août 2005 : entre le 1er et le 5 août, les grands médias télévisés annoncent aux heures de grande écoute : « la pilule est cancérigène tout comme le THS. » 

Cette déclaration fait suite à une publication dans The Lancet Oncology, dans laquelle le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer) classe la pilule estro-progestative ainsi que le traitement hormonal de la ménopause, comme substances cancérigènes de type I au même titre que l'amiante dont on ne connaît maintenant que trop bien l’incidence sur le cancer de la plèvre. 

Quels sont alors les risques majeurs ?

Au-delà des seuls risques thrombo-emboliques révélés au grand jour par le scandale de pilules de 3ème et 4ème génération, la contraception hormonale est facteur de bien d’autres risques :

Le cancer du sein : le fléau numéro 1

Pendant l’année 2011, le nombre de femmes atteintes de cancer du sein a été de 53 000 nouveaux cas contre 7 000 en 1975 ! En 2013, on peut ajouter facilement 3 000 à 5 000 cas. Ainsi on prévoit qu’1 femme sur 8 sera atteinte de cancer du sein dans sa vie.

Ces chiffres traduisent une augmentation de 138% du nombre de cas en 25 ans, de 1980 à 2005. Ainsi le cancer du sein est de loin la première cause de cancers féminins. Il est responsable en 2011 de 11 500 décès de femmes de plus en plus en jeunes, près de 30% ont moins de 50 ans. 

Remarquons que les laboratoires ne se sont pas excusés auprès des femmes atteintes. Leur responsabilité est pourtant totale.

• Les cancers de l’utérus : plus de 1 000 décès par an

Les cancers de l’utérus sont aussi des cancers gynécologiques hormono-dépendants. De plus en plus de femmes jeunes sont atteintes de cancer du col ou de l’endocol. De plus en plus de femmes autour de l’âge de la ménopause sont atteintes par le cancer du corps utérin (endomètre).

• Les cancers de l’ovaire aussi...

 De récentes études l’ont démontré : les estro-progestatifs augmentent les risques de cancer de l’ovaire chez des femmes autour de la ménopause et chez des femmes de plus en plus jeunes.

Il y a d'autres effets insoupçonnés de la contraception hormonale sur la santé générale des femmes... et des enfants :

- Dépression, troubles du comportement et autisme de l’enfant...

- Aggravation du stress oxydant et accroissement corrélatif des risques de maladies dites de civilisation y compris les maladies auto-immunes (asthme, sclérose en plaques, etc.).

Les alternatives mécaniques à la pilule   

Le préservatif masculin : c'est un excellent moyen de contraception mais ce que l'on ne dit pas, c'est que la vraie fiabilité des préservatifs contre le Sida ne dépasse pas 70%. Cela signifie que dans environ 30 % des cas, il existe un danger réel de contamination par le VIH, ce qui correspond au total des erreurs constatées sur les préservatifs testés mais qui n’est écrit nulle part dans les médias. 

Le préservatif féminin : C’est une conception vraiment masculine et n’hésitons pas à le dire un objet macho qui a nettement tendance à prendre le corps de la femme pour un réceptacle aux plaisirs et pulsions animales de l’homme. 

Le stérilet au cuivre, le diaphragme et la cape cervicale : des moyens intéressants trop souvent écartés

Les spermicides et ovules contraceptifs : insuffisants. Ils existent aussi des ovules à la mode aux huiles essentielles, dont  la fiabilité contraceptive reste incertaine. Ils ont plus un rôle anti-infectieux que contraceptif. 

Crèmes et gels, tampons contraceptifs : sans risques mais pas vraiment sûrs.

Les raisons de se réjouir : les nouveaux moyens de contraception

Si la méthode Ogino-Knauss est clairement dépassée, si la méthode Billings gagne encore à être mieux connue, comme la méthode sympto-thermique ou des « indices combinés », rien ne vaut les nouveaux moyens contraceptifs que nous apportent aujourd’hui les BIO-technologies appliquées à la physiologie naturelle des femmes. Mais qui en parle ?

La meilleure, la plus sûre, la plus écologique méthode de contraception s’appelle « Lady Comp ». Sans chimie ni hormone, elle est faite pour toutes les femmes qui cherchent la stabilité.

La fiabilité de ce mini-ordinateur de cycle très simple à utiliser est équivalente à celle de la pilule : l'indice de Pearl de Lady-Comp est même meilleur que celui de certaines pilules (1). Son indice de Pearl est égal à 0,70. Autrement dit, la sécurité équivaut à 99,3%.

La contraception du futur est en marche

Contrairement à ce que nos détracteurs ne manqueront pas de nous dire, notre propos n’est pas de nier les effets positifs de la pilule, des pilules qui se sont succédées depuis bientôt trois quarts de siècle. 

Il ne s’agit pas d’abandonner brutalement la pilule, mais de ne pas s'y abandonner non plus ! Il s’agit de ne pas se tromper de prescription, de bien savoir qu’il faut la prendre le moins longtemps possible. 

Le livre que nous publions aux éditions du Rocher* a été écrit dans ce but. Nous espérons qu'enfin, les femmes vont comprendre que la pilule n’est pas un bonbon inoffensif. Avec ce livre, tout le monde va enfin savoir pourquoi les autorités médicales, la plupart des médecins et des gynécos se taisent et continuent à prescrire des médicaments dangereux.

Enfin et surtout, nous avons voulu que ce livre soit un ouvrage pratique, qu'il présente au grand jour les alternatives de contraception aujourd’hui possibles, qu'il s'agisse de contraception ou de traitement des effets secondaires de la ménopause. Des alternatives alliant écologie de la santé féminine, nouvelles technologies et solutions naturelles. 

La contraception du futur est en marche. Rien ne pourra plus arrêter la conscientisation des femmes !

Prenez soin de vous !

 

Henri Joyeux et Dominique Vialard
Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur LinkedInPartager sur Viadeo

 

(1) La pilule n'est pas si fiable qu'on le croit. En effet, selon le New England Journal of Medicine, le taux d'échec de la contraception orale oscille entre 5 et 20 % (comme celui du préservatif)

 * LA PILULE CONTRACEPTIVE
Quels dangers ? - Quelles alternatives ? 

par le Pr Henri Joyeux & Dominique Vialard
 
Préfaces du Pr Luc Montagnier, Prix Nobel de Médecine & du Dr Ellen Grant, Gynécologue et Pionnière de la pilule.

Pour commander votre exemplaire cliquez sur le lien ci-dessus

 

- Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" suivez ce lien


 
 
 
 
 
 
 
  • De nombreux lecteurs nous interrogent sur telle ou telle pathologie et son traitement naturel. Il se peut que nous traitions, un jour ou l'autre, leur problème de santé, mais cela reste hypothétique.Pour avoir rapidement des réponses à vos questions de santé, nous vous invitons à consulter l'index des articles parus dans Principes de Santé, le journal de la médecine naturelle en suivant ce lien.
  • Si vous recherchez un thérapeute pratiquant une des disciplines des médecines alternatives, vous en trouverez une liste près de chez vous en vous rendant sur le site annuaire-therapeutes.com
  • Si vous ne souhaitez que votre adresse mail soit communiquée, précisez-le nous dans vos mails.
 
 
 
 
 
Vous n'avez pas reçu les 43 premières newsletters d'Alternative Santé. Découvrez-les en allant sur le site alternative-sante.fr

- Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" suivez ce lien
 
- Pour transférer cette newsletter à vos proches et amis, c'est gratuit ! Suivez ce lien

Vous avez changé d'adresse mail, suivez ce lien.  

Si vous ne souhaitez plus recevoir d'informations d'Alternative Santé, suivez ce lien.

Pour ne plus recevoir de courriels de la part de Santé Port Royal, il vous suffit de vous rendre sur cette page.
 
 
"Alternative Santé" est édité par la société Santé Port Royal, société de presse indépendante des laboratoires pharmaceutiques et des pouvoirs publics.
Santé Port Royal SAS - 65, rue Claude Bernard - 75005 Paris
 
Les informations et services proposés dans la newsletter Alternative Santé ne constituent ni directement, ni indirectement une consultation médicale. Les informations fournies sont destinées à améliorer et non à remplacer la relation directe entre le patient et les professionnels de santé. En aucun cas, les informations et services proposés ne sont susceptibles de se substituer à une consultation, une visite ou un diagnostic formulé par votre médecin ou peuvent être interprétées comme assurant la promotion de médicaments.Vous ne devez pas mettre en oeuvre les informations publiées par la newsletter Alternative Santé pour la formulation d'un diagnostic, la détermination d'un traitement ou la prise et/ou la cessation de la prise de médicament sans consulter préalablement un médecin généraliste ou spécialiste. La responsabilité d'Alternative Santé et de sa société éditrice Santé Port Royal ne pourra être recherchée au titre de l'information et des services proposés dans cette newsletter, et vous acceptez que l'utilisation de ces informations et services s'effectue sous votre seule et entière responsabilité, contrôle et direction. 
 
 

Voir les commentaires

2013-04-22T09:31:00+02:00

ateliers de mai 2013

Publié par lola

Chez Lola enMai

Ouvert les mercredis 1 et 8 mai

Boutique fermée le samedi 11 mais je serai présente sur la Brèche pour

Japaniort, à partir de 10h

 

Ce petit festival de la culture et des arts japonais est devenu grand et passionnant : le centre-ville de Niort se met à l'heure japonaise avec origami, ikebana, calligraphie, dessin manga, cosplay... Je proposerai quand à moi un atelier bracelet kawaï fluo et macarons. Il aura lieu sur mon stand, sur la nouvelle esplanade de la brèche. Plus de détails sur :http://www.japaniort.com/

      Tricot-thé le mardi 14 à partir de 20h30 à la boutique

fermé le samedi 18

 

ouvert les 25 et 26 mai : ouverture des ateliers des artistes de la Roussille

et  leurs invités : tous les détails ici : http://visitesdateliersniort.over-blog.com/

et pour fêter les mamans, je vous offre un atelier rencontre autour du crochet, du mini au très gros,venez avec votre fille ou votre mère et même seule ou avec un(e) ami(e), bref, on va crocheter toutes ensemble ! Les pères sont aussi les bienvenus !

DIMANCHE 26 à partir de 14h30 - offert -

 

 hoooked 3corbeilles

Initiation au crochet en rond : corbeille 

Parfait pour les débutants, le fil Hoooked ou Noodles se crochète en n°10. Ça monte super vite !

mercredi 1er de 14h30 à 16h30 – enfants et adultes

 serre-tête tressé

Bijou de cheveux tressé :

Tresse de plusieurs rubans- élastique et strass

samedi 4 de 14h30 à 16h30– enfants et adultes

      

Fimo - mosaïque au Claygun

une des nombreuses utilisation de ce super pistolet à argile !

mercredi 8 de 14h30 à 16h30

bracelet-fluo.JPG    

Bracelet fluo macramé- macaron:

sur la Brèche, dans le cadre de Japaniort

samedi 11 de 14h30 à 16h30 – 2 €– enfants et adultes

 20130329 214843

BO, marques-mailles, pendentif...

ce super montage tissu et métal s'adapte à tout ! Avec Jeanne, la Fée Clochette !

mercredi 15 de 14h30 à 16h30

 

Technique du noeud coulissant :

Nous réaliserons un collier et un bracelet sur fil coton ciré, cuir ou Spagetti Liberty. Cette technique permet de réaliser des bijoux sur mesure sans fermoir. Adultes et enfants.

mercredi 22 de 14h30 à 16h30

 

 bo-fraises-cosmiques.jpg

Pâte Fimo : BO et pendentif Fraises cosmiques

Nombreuses techniques de matières. Réservé à celles qui ont déjà manipulé la pâte Fimo. Journée complète, avec Misstyc (misstyc.com)(ados, adultes)

samedi 25 de10 h à 12h30 et de 14h30 à 17h – tarif journée : 45 €

( possibilité de dejeuner toutes ensemble sur place en apportant votre panier pour éviter un trajet aller-retour )

mini Lola

   Initiation crochet classique ou hoooked

L'occasion de passer un moment mère-fille, invitez-là à venir s'initier ou partager son savoir avec nous.

dimanche 26 de10 h à 12h30 et de 14h30 à 17h – atelier cadeau fête des mère, ou pas mère d'ailleurs, vous êtes toutes les bienvenues !

Pomme de Touline :

Version Liberty du célèbre nœud de marin pour les filles ou en corde pour les garçons.Pour faire des porte-clé, bijoux de sac et pendentifs.

mercredi 29 de 14h30 à 16h30 -

 

 

Coût de l’atelier : 8 € + matériel 7 € = 15 €

Vu le succès de certains ateliers, il est préférable de réserver :

74, rue du Moulin – 79000 NIORT – tél : 05 49 09 16 36

( à St Liguaire, près du restaurant de la Roussille )

( ligne de bus n°5, arrêt à 600 m du magasin )

Voir les commentaires

2013-04-20T05:47:00+02:00

Etouffements de Joyce Carol Oates

Publié par lola

                                       etouffements---Oates.jpg

Si vous avez besoin de preuves pour vous dire que votre famille et vos amis sont formidables, comparez-les aux personnages de ces nouvelles ! L'âme humaine peut-elle être aussi sombre que  Joyce Carol Oates nous la décrit au travers de personnnages du quotidien, homme, femmes, enfants, jeunes ou vieux, tous en quête du bonheur ?....Ecriture ciselée et frisson garantis...Carol Joyce Oates, ecrivaine prolifique " occupe depuis longtemps une place au tout 1er rang des écrivains contemporains " ed. Philippe Rey.

à la Librairie des Halles bien sûr !

Pascale

Voir les commentaires

2013-04-19T08:20:00+02:00

Cotton aran de Rico Design

Publié par lola

                                                Cotton-aran.JPG

 

Rico Design, fabricant de laines et coton allemand, propose une gamme de fils tendance, toujours à la pointe de nos envies de matières ou de couleurs.

Ici, le Cotton Aran, très adapté aux petits pulls d'été mais aussi au crochet comme dans leur collection de petits animaux, tous plus craquants les uns que les autres !

Et pas cher ! 2,50 € la pelote !

 

Composition :

100% coton

 

 

 

Pelotes :

50 g - 85 m

Entretien :

lavage machine à 30°

10x10cm :

18 m. x 24 rangs

Aig :

4 / 5

Pull t 40 :

11 pelotes selon modèle

rico creative coton livre livre : 2.99 €

Pascale

Voir les commentaires

2013-04-12T21:30:00+02:00

Ours en cours de réalisation

Publié par lola

                                           ours-en-cours.JPG

 

Le modèle est tiré du nouveau catalogue Rico pour faire des animaux au crochet n°4. Mais je le fais en Noodles et au crochet n°10 en suivant l'explication...Il va porter un petit tee-shirt marin le mien ...

Pascale

Voir les commentaires

2013-04-12T09:25:00+02:00

Niort entre dans l'avant -garde !

Publié par lola

z'êtes pas content de vivre à Niort en ce moment ? Franchement, il se passe quand même de plus en plus de choses interessantes  non ?

 

 

 

Le 11 avril 2013 à Niort, Ségolène Royal, Présidente de la Région Poitou-Charentes, et Geneviève Gaillard, députée-maire de Niort, ont inauguré la première station du service régional d'auto-partage Régionlib, située rue des Equarts dans le quartier du Clou Bouchet.

Porté par la Société Publique Locale Poitou-Charentes auto-partage dont le capital associe la Région et 7 collectivités du Poitou-Charentes, Régionlib est un service d'électromobilité innovant, destiné à favoriser la mobilité durable par l'usage en temps partagé de véhicules électriques.

Déjà proposé aux collectivités territoriales (CG 79, CG86) et aux entreprises (EDF) depuis le mois de janvier 2013, le service de la SPL s'étend à présent au grand public à Niort (15 véhicules mis à disposition à terme), grâce à la mise en place de stations près de chez vous :

Avril :

  • Hôtel de ville, croisement rue Thiers et place Martin Bastard
  • Equarts, parking Résidence Angéliques, croisement rue des Equarts et rue     Hippolyte Main


Fin mai :

  • Gare SNCF, parking gare, boulevard René Cassin
  • La Brèche, 7 avenue de Verdun


Les premiers clients du service pourront s'inscrire sur internet (regionlib.fr), être accueillis en agence (17 avenue de Bujault à Niort, place Brêche), être informés et formés à la prise en main de la voiture et du système de réservation.

En juin prochain, les villes de Châtellerault et de Saintes seront à leur tour équipées de stations mises en place par la SPL et ses prestataires de service, Ineo GDF Suez et France auto-partage.

Lors de l'inauguration du 11 avril, une démonstration de recharge de véhicule électrique a également été organisée. En effet, en plus des places réservées à l'auto-partage, les stations mises en place par la SPL permettent aux usagers d'une voiture électrique de recharger leur véhicule sur les emplacements dédiés à cet effet. Par ailleurs, un véhicule supplémentaire de la SPL a été attribué lors de cette manifestation à une entreprise niortaise de premier plan, la MAIF, également partenaire de Régionlib dans le cadre du projet AUDACE, en partenariat avec l'ADEME, la Communauté d'Agglomération de Niort et la société Mia Electric.

Régionlib est ainsi complémentaire des autres services d'auto-partage déjà existants en Poitou-Charentes : Otolis à Poitiers, Yélo à La Rochelle et Mobilivolt à Angoulême. Un travail est actuellement mené par ces différents services sur l'interopérabilité des systèmes afin de faire de Poitou-Charentes la première région de France où un réseau dense de systèmes d'auto-partage permet aux habitants de se déplacer sur le territoire de façon simplifiée, économique et écologique.

 Tarifs pour les particuliers :

 Durée d'engagement  Mois Trimestre 
Semestre 
Année 
 Abonnement*  7,50€ / mois  6,50€ / mois  6€ / mois  5€ / mois
 Premier 1/4 d'heure
 4,00 €  3,80 €  3,65 € 3,50 €
 1/4 d'heure suitants
 2,00 €  1,80 €  1,65 €  1,50 €

 Reconduction de l'abonnement tacite.
A l'adhésion : 50€ d'avance sur utilisation et 500€ de caution (non encaissée)
*Demi-tarif : abonnés des transports publics et demandeurs d'emploi

Tarifs pour les professionnels :

 Durée d'engagement  Trimestre Année
 Abonnement Pro par carte
 6,50€ / mois  5€ / mois
 Abonnement Pro par cartes illimités
 26€ / mois  20€ / mois
 Premier 1/4 d'heure
 3;80€ / mois  3;50€ / mois
 1/4 d'heure suivants
 1,80€ / mois  1,50€ / mois

Voir les commentaires

2013-04-12T08:59:00+02:00

Les méfaits de la WI-Fi ...

Publié par lola

Prenez un peu de temps pour lire ça, ça en vaut vraiment la peine....

 

AVEZ-VOUS LE WIFI CHEZ VOUS ? SI OUI, COUPEZ-LE VITE !

Vous avez peut-être le Wifi chez vous, peut-être même savez-vous que cette technologie présente un danger potentiel pour votre santé. Mais pour l'instant, vous n'avez pas débranché ce service (bien pratique) faute de temps et parce que vous n'êtes pas convaincu. Voilà la raison pour laquelle j'aborde ce sujet cette semaine, car il y a urgence à vous débarrasser du Wifi et je ne suis pas sûr que vous l'ayez compris.

Savez-vous que l'Agence Européenne de l'Environnement, le Parlement Européen et de nombreux médecins dans le monde ont décrit le Wifi comme une technologie toxique ? Savez-vous que, de son côté, le Conseil de l'Europe préconise l'abandon du Wi-fi dans les écoles et recommande depuis 2011 la baisse des seuils d'exposition des antennes-relais de téléphonie mobile ?

En effet, les ondes Wifi de l’ordinateur (mais également du portable, du sans-fil DECT et du Bluetooth) travaillent sur des bandes de fréquences totalement différentes des ondes radio et télévision hertziennes, car ce sont des micro-ondes pulsées sur des très basses fréquences.

Le Wifi émet sur une porteuse micro-onde de 2,45 Giga Hertz (exactement la fréquence d'agitation des molécules d'eau utilisée dans les fours micro-ondes dont il est issu) : une grande densité de fréquences très basses, qui sont “pulsées par saccades”, transmettent ainsi les informations textes, sons et images. Mais cette technologie est totalement incompatible avec la santé, même à 0,1Volt/mètre. En bref, vous vivez ainsi dans une maison transformée en un grand four à micro-ondes !!!

En fait, c'est la nature du signal qui est toxique et non l'intensité du Wifi, qui même à très faible puissance, désorganise les processus physiologiques et détruit des structures biochimiques, entraînant la perte d’étanchéité de la barrière hémato-encéphalique, une baisse de production de la mélatonine et d'acétylcholine (maîtres du sommeil, de la mémoire, de la concentration…) et des dommages génétiques irréversibles.

Il a également été prouvé que l'effet biologique de ces émissions composites se traduit par une production de protéines de stress avec résonance sur les ondes Delta du cerveau. Plusieurs études en double aveugle ont décrit le syndrome de l'électro-hypersensibilité (EHS) comme un trouble neurologique sans aucun lien avec le psychisme. Plusieurs études portent même sur les animaux (cigognes, bovins, grenouilles...) et la flore. Les symptômes communs sont l'insomnie, les maux de tête, la perte de concentration et de mémoire, les troubles cardiaques et de l'humeur.

L'EHS s’étant avéré occasionner un mal être physique sur une moyenne de 6% des individus, le Conseil de l'Europe, le Parlement Européen, l'OMS et plusieurs Etats aux U.S.A ont classé l'EHS comme un trouble physiologique et non psychologique.

L'OMS, en 2011, a même classé ces ondes en “cancérogène possible”. En outre, il existe aujourd'hui de nombreux travaux scientifiques qui démontrent que ce type d'onde peut occasionner le cancer du cerveau, de la thyroïde, de la glande parotide ... etc. Depuis les années 60, les militaires appellent ces effets sanitaires le “syndrome des micro-ondes”

Fin 2009, en Italie, un jugement de Cour d'Appel a finalement établi officiellement un lien de causalité entre téléphone mobile et cancer, mais il va falloir, comme à l'époque du tabac et de l'amiante, effectuer des opérations de matraquage pour remettre en question cette technologie que l'on prétend jusqu'alors inoffensive...

N'est-il pas inquiétant de noter que l'amiante avait cessé d'être couverte par les assurances américaines dès 1919, et les ondes de la téléphonie mobile et du Wi-fi depuis le début des années 2000 ! Or, les informations réelles sont souvent étouffées par des versions officielles à base d’expertises truquées sous influence.

On peut lire dans les polices courantes des compagnies d'assurance, que font partie des exclusions générales :

  •     les dommages de l’amiante,
  •     les dommages du plomb,
  •     les dommages des ondes électromagnétiques,
  •     les dommages des OGM.

Malgré cela personne ne se pose de questions….. aussi entend-on dire que si c'était si dangereux, ça se saurait, et qu'il n'est pas possible qu'une technologie autant utilisée puisse continuer d'exister en occasionnant tous ces dommages... C'est ignorer qu'en Angleterre, en Allemagne et en Autriche, le Wi-fi a été interdit dans les écoles et que le gouvernement allemand recommande depuis 2007 d'éviter le Wi-fi pour raisons sanitaires (mais en France on ne risque rien…).

Il se dit aussi que si le Wi-fi provoquait le cancer, il y aurait déjà des millions de cas vu qu'il a pénétré le monde entier depuis 2005. C'est ignorer que de très nombreux cas existent déjà, et qu'il faut quelquefois 20 ans entre le début d'une exposition et le développement d'un cancer...Et dans ce cas il est bien sûr facile de nier l’existence de la cause à effet.

Ainsi, en attendant la reconnaissance officielle de sa toxicité, nous vous recommandons de désactiver le Wi-fi (activé par défaut sur les Box internet) et d'utiliser un câble de connexion filaire. On comprend que dans un contexte de déni, vous ne serez pas encouragés à arrêter votre Wi-fi, si pratique et si moderne, surtout si vous ne “sentez rien” et avez l'impression de “revenir en arrière”. Mais souvenez-vous que c'est souvent après coup que la vérité éclate.

Nous vous encourageons à prendre cette responsabilité sans attendre, pour vous, vos proches et surtout vos enfants qui sont les plus sensibles. Notez que sur le plan technique, une connexion filaire est plus stable, plus rapide et aussi non accessible aux piratages et interférences avec le voisinage direct.

Mais, évidemment, le prix à payer est d’accepter un « petit bordel » de fils de connexions sur votre bureau au lieu d’avoir une place nette.

A ce sujet, je m’étais laissé séduire il y a quelques années par la solution clavier et souris sans fil ; et je m’étonnais que je ne puisse rester plus d’une heure devant mon ordinateur sans subir une poussée de tension et de sévères palpitations.Cela a duré au moins six mois, m’handicapant sérieusement dans mon travail jusqu’à ce qu’un problème technique me pousse à racheter un clavier et une souris 1er prix……..et miracle, plus de problème ! En fait, c’était l’émetteur sur mon bureau qui m’arrosait de plein fouet au niveau du cœur. Tout cela, c’est cher payé pour juste un problème pratique de filasse et de place nette !

Michel Dogna

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog